Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 février 2014 2 11 /02 /février /2014 21:50

… des éditions Sarbacane. Des romans à destination des 8-12 ans, écrits par des plumes françaises, couplant une grande littérarité et un sens de l’humour en totale fusion avec l’univers des jeunes lecteurs d’aujourd’hui. Raphaële Moussafir et Marion Brunet ont l’honneur d’inaugurer cette nouvelle collection.

 

« Un grand cocktail d’humour, d’aventure et d’irrévérence », lit-on sur la plaquette de lancement. Et puis du peps en grosses poignées, et des bons mots en subtiles pincées ! On n’en attendait pas moins de cette nouvelle collection, chapeautée par Tibo Bérard – héhé, je vois un sourire entendu se dessiner sur votre binette genre « hum, ah oui, Tibo Bérard, des éditions Sarbacane, c’est du lourd » - .

« Pépix »… Un petit nom parfait. En même temps, y-en-avait-il un autre ? Des pépites, dirait Tibo, qui parle de « ses bébés » comme de pierres précieuses, à polir et repolir. Merci, Boileau* ! Des pépix heu… pépites, qui reprennent toutes les qualités de leur grande sœur Exprim’ – mais siii, ne m’faites pas le coup de « hein ? Exprim’ ? keskecé ? », je vais pas me lancer dans un éloge d’Exprim’, sinon j’en ai pour la journée… les néophytes, allez faire un tour par là Des ados et des mots -.      

9303212193032137 o


Les couvertures d'abord, sont vraiment bien senties. Dans l'air du temps, elles n'ont rien à envier à celles des romans de David Walliams, le « nouveau Roald Dahl », ou des romans anglo-saxons de la même veine, à la Quentin Black ou Tony Ross. Les personnages sont justement croqués, avec ce qu’il faut d’espièglerie. Petite préférence pour l’univers de Till Charlier, dont l’ogre est délicieusement affreux.

L’interactivité est aussi au programme. Critère indispensable pour coller aux attentes et aux nouvelles pratiques zappantes et butinantes des lecteurs mutants du vingt et unième siècle. Autour du texte à proprement parler, gravitent donc des chapitres-bonus, des trucs et  astuces du héros - « Comment rendre ses parents chèvres » est particulièrement sournois… et jouissif !!! -, un glossaire pas très catholique, et des bonus bien trouvés - surtout la « recette spéciale de l’ogre pour rendre un vieux mangeable » - . Les commentaires en aparté de Léonore, la Petite Souris, apportent comme une voix off humoristique. Mais point trop n'en faut, à mon avis. Trop présentes, elles en deviennent extratextuelles. Les courts dialogues en bulles de bande dessinée enrichissent les illustrations et fonctionnent en complémentarité avec le texte.

 

Le style de Raphaële Moussafir est drôle et décapant ! J’avais déjà adoré Du vent dans mes mollets (Intervista, Les Mues, 2006). Elle excelle ici dans un récit pour les plus jeunes. Sa galerie de personnages est très réussie : Fulberte, la souris-barbue-sans-moustaches, pas gâtée par la nature, ou la (célèbre) Souris Verte, qui n’a pas inventé la poudre. J’ai un faible pour Victor-Emile, le vieux-très-vieux poète qui s’exprime en « ancien françois » : « Mooorbleu ! c’est pas tout ça, mais ripaillons, mes amiches ! hâtons-nous d’aller quérir un bon et doux breuvage car mon gosier est sec et je suis las de mon labeur ! » . Le personnage principal - Léonore, la Petite Souris… Vous suivez ou pas ? -, insupportable au début, gamine comme pas permis, gagne en épaisseur et grandit, tout simplement. Jamais moralisateur, tout en finesse.

Il y a des expressions délicieuses, côté Ogre et côté Souris, comme « petit édenté » lorsque Léonore s'adresse au lecteur, ou la surannée « têtue comme un âne et fière comme un pet », ou encore la « coquille géante d'escargot tout chaud », inventée, je vous le donne en mille, par cette chère Souris Verte, « ça schmoute », « musclé comme une madeleine écrasée », et autre expressions qui feront bien rigoler nos chères têtes blondes.

Les personnages nés de la plume de Marion Brunet sont attachants, drôles et elle vise juste. Bien sûr, la caricature est au rendez-vous, mais quand l’exercice est magistralement mené, c’est un plaisir de lecture. Mention spéciale pour l’ogre : laid, puant, affamé, et « gigantissime » - sauf son nez, petit-très-petit-minuscule… un complexe qui rend notre ogre presque normal -.

 

Vous l’aurez compris, un vent nouveau va bientôt souffler dans les rayonnages des librairies, des bibliothèques, dans les sacs des jeunes lecteurs et sous leur couette - ben oui, vous n’avez jamais tenté la lecture en mode agent secret : pyjama, couverture, lampe frontale, et tablette Milka ? euh... chhhut, le chocolat c’était mon truc à moi…-.

Parce qu’un bon livre, il vous scotche, vous tient prisonnier, vous embarque… des pépites, on vous dit… à suivre… lancement officiel le 5 mars…

 

* « Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage : Polissez-le sans cesse, et le repolissez » (chant I de L’Art poétique de Nicolas Boileau, 1674).

 

Pour d'autres avis, c'est par là :

celui de Gaëlle, de la librairie A pleine page link

celui d'une maman et de son fils de 11 ans link

celui de deux lutines-lectrices link

Partager cet article

Repost 0
Published by Alice Chandoiseau - dans Roman 8-12 ans
commenter cet article

commentaires

Ouvrez Le Tiroir...

  • : Le Tiroir d'Ipomée
  • Le Tiroir d'Ipomée
  • : ... vous y trouverez des idées de lecture, des retours en enfance, des échantillons de jardins, des coups de ♥, de gueule, des mots qui chantent ou qui détonnent, des mélodies farfelues.
  • Contact

Si vos oreilles émettent un drôle de bruissement, ne les frottez pas trop fort. Parce que dans la plupart des cas, ce sont les anges qui recousent leurs ailes sur vos lobes.

Yoko Ogawa

Recherche