Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 février 2014 1 17 /02 /février /2014 16:17

Kitty Crowther est sans conteste l'une des auteurs pour la jeunesse qui me parle le plus. Son trait de crayon, doux et juste, reflet de l'âme humaine, emmène le lecteur dans les circonvolutions de ses pensées et de son monde. Car Kitty Crowther, c'est tout un monde justement, et des personnages qui, une fois rencontrés, élisent domicile dans un coin de votre tête et vous accompagnent. Elsewise et Petite Mort, Emilienne, Poka et Mine, et puis Annie...    

 

Annie est malheureuse. Sa mine est aussi sombre que sa robe qui la couvre jusqu’aux pieds. Elle ne trouve distraction qu’en contemplant du haut de sa colline le lac aux trois îles, où elle pêche pour se nourrir. Une nuit, lasse de se battre contre sa solitude, Annie décide d’en finir. Elle se laisse glisser vers le fond du lac… et y découvre une raison de vivre. Les mystérieuses îles cachent en fait trois géants aquatiques. Forte de ce secret, Annie va réapprendre à sourire et à espérer. Ses amis vont lui demander son aide pour déjouer la malédiction pesant sur eux : ils ont peu de temps pour rejoindre des géantes et s’unir à elle. Leur quête se terminera bien, puisque même Annie trouvera la clé du bonheur.

Annie-du-lac.-K.Crowther.jpg

 

Un récit juste et délicat, écrit comme un conte. Le lecteur est mis dès le début face à la profonde tristesse d’Annie, qui envahit toute la page à l’image des paysages nordiques. Mariant habilement la technique de l’aquarelle, de l’encre noire, du feutre et de ses habituels crayons, Kitty Crowther a travaillé les contrastes. Elle pose ainsi l’essentiel de son histoire : les premières pages, colonisées par le noir, traduisent la solitude d’Annie. L’illustration montrant Annie glissant vers le fond du lac est investie par une reposante couleur or, qu’on retrouvera sur le corps des trois géants. Le récit respire alors, et la fin sonne comme un "Et ils vécurent heureux".

Kitty Crowther réussit une fois encore à emmener le lecteur dans son univers, à mi-chemin entre onirisme et réalisme. Fidèle à ses multiples sources d’inspiration, telles que les contes et légendes anglo-saxonnes, elle nous livre ici un album lumineux.

A partir de 8 ans. Une lecture plus enrichissante si accompagnée.     

 

D’autres personnages féminins de Kitty Crowther pourraient être des sœurs d’Annie : Leslie, dans L’Enfant racine, et Lila, la petite fille de Moi et Rien.

Annie du lac (Ecole des Loisirs / Pastel, 2009) a été récompensé par le Prix Baobab 2009, remis lors du Salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil.

 

Pour fouiller un peu l'univers crowthérien:

la fiche du site Ricochet link

 

l'émission en trois volets "Les Passagers de la nuit" (diffusée fin 2010) consacrée à Kitty Crowther  link  

(Trois fois 30' de pur bonheur... les entretiens ont été enregistrés dans l'atelier de Kitty Crowther, qui se confie au micro de la journaliste avec simplicité et humour - son rire particulier est communicatif! -) 

 

Sophie van der Linden parle de Lutin veille, traduction d'un texte d'Astrid Lindgren et dernier album illustré par Kitty Crowther link

 

et pour le bonheur de partager, Le Banc, de Kitty Crowther et Bruno Salamone (musique de Sissi Lewis), un court-métrage de 4'40'' que je trouve sublime :

 


 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Alice Chandoiseau - dans Albums
commenter cet article

commentaires

Ouvrez Le Tiroir...

  • : Le Tiroir d'Ipomée
  • Le Tiroir d'Ipomée
  • : ... vous y trouverez des idées de lecture, des retours en enfance, des échantillons de jardins, des coups de ♥, de gueule, des mots qui chantent ou qui détonnent, des mélodies farfelues.
  • Contact

Si vos oreilles émettent un drôle de bruissement, ne les frottez pas trop fort. Parce que dans la plupart des cas, ce sont les anges qui recousent leurs ailes sur vos lobes.

Yoko Ogawa

Recherche